mot maquis

 

Accueil > chantiers > christine jeanney

christine jeanney

honneur d’héberger aujourd’hui les femmes (elles-mêmes hébergées par des pierres) de Christine Jeanney qui me donne ainsi l’occasion de jouer aux poupées russes (les seules pour lesquelles je garde une vraie fascination, les autres me font vaguement peur). Vous trouverez les très nombreux textes de Christine en de très nombreux lieux sur le net (recensement de ses activités littéraires ici) et notamment sur publie.net

Enfin vous pourrez bien sûr, selon le principes des vases communicants, lire un extrait de Poreuse chez
elle

Hypothèses de femmes hébergées par des
pierres

Ce sont des femmes assises, éplorées, toute la peine du monde, voix de houle gémissantes, elles dansent avec les trépassés le soir.
Ce sont des jeunes filles, culbutes visibles dans l’écume, nagent sous les poissons volants, se marrent, lancent des tempêtes petites pour faire peur.
Ce sont des femmes secrètes, tissent du rien, immobiles, on espère qu’elles clignotent la nuit comme des phares.
Ce sont des femmes étranges, si l’on s’adresse à elles, baragouinent en langage coquillage, déconcertantes.
Ce sont des femmes mauvaises, dardent leurs yeux tentacules, les pêcheurs innocents les craignent, malédiction.
Ce sont des femmes géantes au corps de pierre, statiques, on n’y voit que du feu, vivent sous couverture.
Ce sont des femmes âgées en chapeaux écossais, prétendent cueillir des conques, on n’est pas dupes, elles toussotent.
Ce sont des femmes sérieuses, postures scientifiques un carnet à la main, étudient les marées, collectionnent des plumes, jouent aux graphiques.
Ce sont des femmes folles, tirent des feux d’artifice le 14 juillet ou d’autres jours, discrètement.
Ce sont des femmes méduse, transforment en pierre quiconque, un chapelet de cailloux autour d’elles, pas étonnant.
Ce sont des, mais non, ces hypothèses ne valent pas, ne sont pas des femmes mais des hommes, ne sont pas des hommes mais des chiens, ne sont pas des chiens mais des pensées, ne sont pas des pensées mais des désordres et des fumées, allons, la mer lave tout on recommence, femmes assises, jeunes filles ou femmes secrètes, étranges, mauvaises, géantes, âgées, sérieuses, folles et méduses, les hypothèses ne manquent pas (sans compter ce qui reste toujours possible, que ce soit moi venue au calme et je regarde le paysage, toutes ses couleurs changeantes, un instant).

Christine Jeanney

et pour les autres vases, suivez la pouliche échappée sur face book (et tiens belle surprise, claude favre nous rejoint !)

vendredi 7 janvier 2011

Messages

Licence Creative Commons
les images et les oeuvres numériques du site sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
ISSN 2428-6117
.