mot maquis

 

Accueil > chantiers > Laissez-passer # 14

Laissez-passer # 14

Dans Half-life 2 le jeu, le bout du monde est tranchant
c’est une rue qui s’arrête net et puis plus rien, à sa gauche un plan d’eau se risque un peu plus loin, se découpe sur le vide dans un angle aigu soutenu par rien, un plan d’eau comme on en voit dans nos villes qui nous montre enfin sa véritable nature : une surface plane et aussi mince qu’une feuille de papier, un plan mathématique qui forme un angle mathématique comme le sont les angles mathématiques dans les livres de mathématiques, isolés, perdus dans le blanc de la page
ici la page blanche dans laquelle l’angle du bout du monde vient s’encastrer est décorée : une montagne floue au loin, c’est le temps des aquarelles
et on se sent soudain tenté puisque c’est le seul échappatoire proposé aux angles tranchés du premier plan

Le dessin de Jeanne n’occupe qu’une partie de la page, il est délimité par deux traits horizontaux et parallèles qui courent à chaque extrémité d’un mur, dessiné de biais entre les deux traits horizontaux, de façon à ce qu’on voit bien l’action de part et d’autre
les minuscules bonshommes qui s’acharnent sans trop de succès à franchir le mur pourraient ainsi le contourner facilement si seulement ils songeaient à sortir du dessin, à franchir la ligne qui le délimite pour s’aventurer sur une des deux bandes blanches, en haut et en bas, laissées libres sur la page
Mais ils restent sur le théâtre des opérations
Jeanne a délimité le dessin et ce n’est pas pour rien

Dans Half-life 2 le jeu, la montagne floue est tentante
Dans le dessin de Jeanne, il n’y a pas d’au-delà au théâtre des opérations, on ne sait pas ce que les bonshommes fuient, on ne voit pas non plus le paysage qui les tente, on ne sait pas très bien d’ailleurs quel côté il quitte mais on a l’impression que les bonshommes grimpent la face qui nous est présentée et qu’ils fuient donc notre côté, celui que l’on occupe en tant observateur extérieur, pour se jeter ensuite côté pile
De notre côté, il semblerait qu’il y ait un bateau vaguement gonflé
Je repense à cet homme traqué qui m’a parlé un jour au centre de rétention

Dans Half-life 2, la communication est coupée, un cable électrique s’arrête dans les airs
Dans le dessin de Jeanne, des bonshommes tirent sur d’autres bonshommes, exactement les mêmes sauf qu’ils sont désarmés, et ça fait de petites comètes à tête noire qui les pourchassent et dont la course est captée au moment où elle va atteindre sa cible, comète à tête noire arrêtée, mais déjà certains tombent côté pile, d’autres tombent côté face

Dans Half-life 2 le jeu, il n’y a personne, même pas moi qui ne joue pas mais me contente de regarder une photo d’Overweg qui a fait pour nous le tour des fins de monde dans Half Life 2 le jeu, et je me demande ce qui arrive au joueur tenté comme moi d’aller se fondre dans le paysage au loin, que se passe-t-il pour celui qui cherche à dépasser l’angle tranchant de la réalité pour aller se fondre dans le décor, pour y disparaître ?

jeudi 16 avril 2015, par Juliette Mézenc

Licence Creative Commons
les images et les oeuvres numériques du site sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
ISSN 2428-6117
.